Coming Up Sat 1:00 PM  AEDT
Coming Up Live in 
Live
French radio

Recherches massives pour retrouver soixante-dix-neuf écoliers kidnappés au Cameroun

Separatists in the English-speaking region Bamenda have demanded a school boycott. Source: Getty

Une recherche massive a été lancée pour soixante-dix-neuf élèves et le directeur de l'école, un enseignant et un chauffeur, tous enlevés, lundi 5 novembre à Bamenda, une région anglophone du Cameroun.

Le ministre de la Communication, Issa Tchiroma Bakary, également porte-parole du gouvernement a déclaré à l'AFP que soixante-dix-neuf élèves, principalement des garçons, et trois superviseurs: le directeur de l'école, un enseignant et un chauffeur ont été enlevés lundi 5 novembre à Bamenda par des hommes armés.

Le pire incident en treize mois de conflit dans la région entre les séparatistes et le gouvernement a donc eu lieu juste un jour avant que le président Paul Biya ne soit assermenté pour un septième mandat.

Une vidéo de six minutes visionnée par l'AFP, mais qui n'a pas pu être immédiatement confirmée de manière indépendante, montrait onze garçons, apparemment âgés de 15 ans environ, donnant leur identité et le nom de l'école en anglais et ajoutant qu'ils avaient été enlevés par les "Amba Boys" - le nom, en anglais, d'un groupe séparatiste.

At the end of a video believed to show some of the kidnapped students, the kidnapper turns the camera on himself.
At the end of a video believed to show some of the kidnapped students, the kidnapper turns the camera on himself.
Twitter

 Des enlèvements massifs de ce type avaient déjà eu lieu au Nigeria, pays voisin, où le groupe islamiste Boko Haram avait enlevé plus de deux cents écolières de la ville de Chibok, dans l'État de Borno, en avril 2014.

Quelque cent sept filles ont été relâchées ou retrouvées depuis, mais le groupe islamiste a enlevé de nombreuses écolières de l’état voisin de Yobe en février de cette année.

Les étudiants enlevés lundi ont été inscrits à l'école secondaire presbytérienne de Bamenda, capitale de la région du nord-ouest du Cameroun, une des deux régions touchées par les attaques de militants anglophones qui ont été brutalement réprimées par les autorités.

«La recherche des otages a été lancée - chaque homme a été appelé», a déclaré une source gouvernementale après une réunion de crise.

Tensions palpables dans le pays

Les enlèvements coïncident avec une recrudescence des tensions politiques dans le pays, majoritairement du côté francophone et avec les élections du 7 octobre, au cours desquelles Biya, âgée de 85 ans, qui dirige le pays avec une poigne de fer depuis 35 ans, a obtenu 71,3% des voix.

Les scrutins ont toutefois été entachés d'allégations de fraude généralisée, de faible taux de participation et de violence.

Environ un cinquième des vingt-deux millions d’habitants que compte le Cameroun est anglophone - une minorité dont la présence remonte à la période coloniale.

Le Cameroun, qui était autrefois une colonie allemande, a été divisé entre la Grande-Bretagne et la France après la Première Guerre mondiale.

La colonie française a accédé à l'indépendance en 1960 pour devenir le Cameroun. L'année suivante, le sud du Cameroun, dirigé par les Britanniques, y fut fusionné, donnant naissance aux régions du nord-ouest et du sud-ouest.

Mais le ressentiment à l'égard de la discrimination perçue de la part de la majorité francophone, en particulier dans les domaines de l'éducation et de la justice, a commencé à s'intensifier.

En 2016, les revendications pour une plus grande autonomie ont augmenté mais ont été rejetées par Biya.

République d' 'Ambazonia'

Lorsque les radicaux ont pris l'ascendant, le mouvement anglophone a déclaré la création de la "République d'Ambazonia" dans le Nord-Ouest et dans la région voisine du Sud-Ouest le 1er octobre 2017.

Aucun pays n'a reconnu l'État auto-déclaré.

Les séparatistes ont abattu des soldats et des policiers, boycotté et incendié des écoles et attaqué d'autres symboles présumés de l'État camerounais.

Ils ont décrété un boycott des écoles, affirmant que le système éducatif francophone marginalisait les élèves anglophones.

Au début de l'année scolaire en septembre, plusieurs écoles secondaires ont été attaquées, un directeur d'école a été tué et un instituteur gravement mutilé.

Au moins quatre cents civils ont été tués cette année et plus de cent-soixante-quinze membres des forces de sécurité, selon un bilan établi par des organisations non gouvernementales.

Le conflit a connu une résurgence dans la région du nord-ouest après plusieurs mois de calme tandis que les combats se sont aggravés dans la région du sud-ouest.

Plus de trois cent mille personnes ont fui la violence, beaucoup d'entre elles vivant au jour le jour dans les forêts et d'autres de l'autre côté de la frontière avec le Nigéria.

Aux élections du 7 octobre, le taux de participation était de 5% dans le Nord-Ouest et de 15% dans le Sud-Ouest - mais Biya a recueilli plus des deux tiers des voix dans les deux régions.